02_rutkauska

Andreas Rutkauskas – MPM 2015

présenté par Joan Fontcuberta – Commissaire invité – Le Mois de la photo à Montréal 2015
rutkauskas

Né à Winnipeg en 1980, Andreas Rutkauskas vit et travaille à Banff. Il détient une maîtrise en beaux-arts de l’Université Concordia (2007). Ses œuvres ont été présentées dans des expositions individuelles et collectives à l’OSLO 8 Contemporary Photography à Basel (2015) ; à la Gallery 400 à Chicago (2014) ; à la Campbell River Art Gallery (2014) ; à la Judith and Norman Alix Art Gallery à Sarnia (2013) ; au Centro Cultural Recoleta à Buenos Aires (2013) ; au TRUCK Contemporary Art à Calgary (2012) ; à la Foreman Art Gallery à Lennoxville (2011) ; et à l’ODD Gallery à Dawson City (2011). Les œuvres de Rutkauskas ont été reproduites dans Ciel Variable, ARTnews, ETC Media et Canadian Art. Il a aussi reçu plusieurs bourses du Conseil des arts et des lettres du Québec (2013, 2011, 2010) et du Conseil des arts du Canada (2012, 2011).

Les explorateurs sont confrontés aujourd’hui à un avenir peu encourageant : les cartes géographiques sont tracées d’un bout à l’autre, et il ne reste plus la moindre parcelle de terre inexplorée dans le monde. Avons-nous vraiment besoin d’explorateurs à l’ère de Google Maps ? À l’heure actuelle, les explorations les plus passionnantes se font à distance. C’est pourquoi l’étude de la nature ne requiert plus la présence in situ du spectateur. Les outils virtuels peuvent suppléer à l’observation directe, remplaçant ainsi la mission historiquement assignée à la photographie. La post-photographie finit par donner raison à Platon : les ombres – les écrans – sont notre interface avec le monde.

C’est ce qu’illustre Andreas Rutkauskas avec son projet Virtually There (débuté en 2010). Sans sortir de son atelier, l’artiste effectue des « randonnées » en ligne dans les Rocheuses, compilant des cartes topographiques et des données GPS de ses trajets, pour finalement sélectionner des points de vue de sites montagneux identifiés par Google Earth. Puis, il se rend physiquement sur les lieux pour y réaliser des photographies traditionnelles et ensuite comparer les résultats obtenus. Cette action renvoie non seulement aux transformations de l’ontologie de la représentation, mais elle ouvre aussi des fenêtres inédites sur l’expérience et la connaissance – fenêtres qui laissent également poindre la possibilité d’un land art virtuel de même qu’une forme renouvelée de l’aventure. Ce n’est pas pour rien que l’explorateur américain Eric Larsen, qui a tenté d’atteindre le pôle Sud à bicyclette il y a quelques années, a fait remarquer : « Ce qui compte aujourd’hui, c’est non pas tant ce qu’on a fait, mais comment on l’a fait. »

timthumb

Près de quarante ans de pratique tant artistique que théorique axée sur les conflits entre nature, technologie et vérité confirment l’engagement fécond de Joan Fontcuberta envers la photographie. Né à Barcelone en 1955, Fontcuberta est l’auteur d’une douzaine d’ouvrages portant sur différents aspects de l’histoire, de l’esthétique et de l’épistémologie de la photographie. Il a signé de nombreuses expositions internationales dont Fotografia 2.0 (Círculo de Bellas Artes, PhotoEspaña, Madrid, 2014), Artwork as Collection (FotoColectania, Barcelona, 2013), From Here On (Les Rencontres d’Arles, 2011), Idas & Chaos. Trends in Spanish Photography 1920-1945 (International Center of Photography, New York, 1987). En 1982, il a cofondé la biennale de photographie Primavera Fotográfica à Barcelone et il a été directeur artistique des Rencontres Internationales de la Photographie d’Arles en 1996. De 2008 à 2014, il a assumé la présidence de l’Association des artistes visuels de la Catalogne. Sa production artistique a fait l’objet d’expositions individuelles au Museum of Modern Art à New York et au Chicago Art Institute, entre autres, et ses œuvres font partie de plusieurs collections d’institutions, notamment le Metropolitan Museum of Art à New York, le Musée des beaux-arts du Canada à Ottawa et le Centre Georges-Pompidou à Paris. Il a remporté le Prix international de la Fondation Hasselblad en 2013.