montrealistement

Belgo 7 : la rentrée d’hiver 2014

montrealistement

Belgo 7 : la rentrée d’hiver 2014

Montréalistement
Normand Babin

Après un hiatus de quelques semaines, voici que l’activité dans le monde des arts visuels reprend de la vigueur et prend les grands moyens, comme c’est souvent le cas en janvier, pour nous faire rêver et espérer un jour gagner à la loterie. Oui, le blogueur que je suis commence à trouver bien difficile de voir toutes ces oeuvres lui passer sous le nez sans pouvoir se les acheter. Pas assez fin pour organiser quelque magouille constructiviste, j’attend en impressionniste qu’un montant surréaliste tombe dans mon escarcelle.

Entre l’adulation béate et l’ironie, il n’y a parfois qu’un tout petit pas. Voilà donc de quoi ont voulu nous entretenir les trois commissaires de l’exposition Moonwalkers à la galerie Trois Points. Peintres eux-mêmes, ils ont lentement sélectionné certaines de leurs œuvres et celles d’autres peintres alternant art figuratif et abstrait. L’accrochage, clair et dégagé, impose une forme de respect. De recueillement ? Dans la première salle, des œuvres sobres, objets d’adoration, icônes en soi. Dans la seconde salle, plutôt des œuvres mettant à nu les croyances et parfois les dérapages de Fois étranges, du New Age, de toutes ces semi-religions du bien-être. Sous l’œil omniscient camouflé en bouteille surréaliste, Ch’te wètche d’Éric Simon, le visiteur part à la rencontre d’un immense chaman de Marigold Santos qui lui est dissimulé sous un chandail invisible, d’un Alien du même Éric Simon, de crânes de Guillaume Clermont, d’une montagne sacrée de Paul Brunet, et autres clichés de nos superstitions.

L’article complet : www.montrealistement.blogspot.ca