optica 2014

Jennifer Lefort + Dominique Pétrin

Jennifer Lefort + Dominique Pétrin
Du 17 mai au 28 juin 2014
OPTICA
Jennifer Lefort et Dominique Pétrin se partagent la salle d’exposition pour y réaliser une œuvre exploratoire en tandem. Constatant leurs affinités pour le motif et la couleur dans leurs pratiques respectives, elles décident d’œuvrer à un projet in situ, un processus «ouvert» instaurant un dialogue entre elles.

L’art pictural de Lefort s’inscrit dans le registre de l’abstraction. Ses toiles imposantes deviennent le réceptacle de traitements multiples, souvent antinomiques sur la surface. Dirigeant le regard au gré des variations de textures, des empâtements et des couleurs, les lignes sinueuses et brisées se déploient dans un espace d’une grande intensité chromatique, rythmé de motifs ancrés dans la vie contemporaine.

Pétrin confectionne des environnements immersifs de facture vibrante, grinçante et all over. Par l’entremise d’un répertoire iconographique réalisé à grande échelle grâce à la sérigraphie, la répétition de motifs imprimés devient le déclencheur d’effets perceptifs psychédéliques. Investissant l’espace d’exposition tout comme la sphère publique avec exubérance et humour, Pétrin puise son imagerie à même la diversité de la culture visuelle mondiale.

Habitant respectivement les villes de Gatineau et de Montréal, Pétrin et Lefort ont préparé à distance une partie du matériel destiné à l’installation qu’elles utiliseront en galerie. Réceptives à l’échange par l’entremise du jeu, elles se dotent d’un protocole de création pour sortir de leur zone de confort et défier les attentes du public. Ponctuant l’espace d’interventions à la fois individuelle et commune, les deux artistes optent pour une approche collaborative faisant écho à celle de Team Macho. Le collectif torontois a choisi d’intégrer des perspectives personnelles à leurs œuvres pop éclectiques afin d’éviter le piège d’une voie unique. À l’écoute des aléas du moment, l’œuvre de Pétrin et de Lefort prendra toutefois des directions inattendues et mettra au défi ce qui caractérise l’éthique des graffiteurs, c’est-à-dire intervenir sans empiéter sur le travail et le territoire de l’autre.

Julie Alary Lavallée

Les artistes remercient Kandis Friesen et Jacinthe Loranger.