montrealistement

La calligraphie obsessionnelle de Ken Nicol

montrealistement

La calligraphie obsessionnelle de Ken Nicol

Normand Babin
Montréalistement

On peut aisément l’imaginer penché sur ses vastes pages blanches à calligraphier des milliers de fois les mêmes mots inlassablement, tel un vieux moine du haut Moyen Âge, bâtissant la série Inappropriate Grid où il utilise des expressions considérées comme vulgaires. Il ne copie pas bêtement sur des lignes droites comme un élève pénitent. Même si son travail relève d’un certain masochisme. Selon le sens dans lequel il écrit, il crée des motifs répétés eux aussi à des milliers d’exemplaires. Une trame qui évoque parfois certains motifs de papier peint, ou plus noblement des motifs traditionnels : des carreaux, des rayures, des arabesques rappelant les moucharabiehs. Chemin faisant, il étudie le comportement de ses stylos, ses « chevaux », qui se vident au long du minutieux processus.

Ken Nicol semble également prendre un réel plaisir à utiliser cet instrument de torture qu’a été pour beaucoup la dactylo. Il en épuise toutes les possibilités de motifs en écrivant une même phrase à des centaines de reprises, enchaînant sans tenir compte de la petite cloche qui l’aura averti qu’il ne reste que 5 caractères avant la fin de la ligne. Les mots coupés en plein milieu, sans tiret, se terminent sur la ligne suivante. Un décalage se crée donc entre les lettres de chaque ligne, et un motif prend forme. Plus simple à comprendre de visu qu’à décrire.

L’article complet : www.montrealistement.blogspot.ca