le devoir

La prégnance du geste duchampien

le devoir

La prégnance du geste duchampien

Marie-Ève Charron
Le Devoir

Tout se passe d’abord dans le titre de l’exposition : Ready-made 100 ans plus tard. Qui d’autre, en effet, s’est soucié de cet anniversaire, qui mérite amplement d’être souligné tant le ready-made a transformé l’art au XXe siècle ? L’organisme de diffusion dédié à la relève Espace Projet nous rappelle cette naissance phare dans une petite exposition regroupant 12 artistes ou collectifs.

Le ready-made, c’est l’invention de Marcel Duchamp, qui a élevé au rang d’oeuvre d’art l’objet usuel par le simple fait de le choisir et de le désigner comme tel, en le signant, en le titrant et en le datant, voire en le mettant sur un socle dans un contexte d’exposition. La démonstration va plus loin que de changer le point de vue sur l’objet ; elle dégage l’art du savoir-faire de l’artiste et de la délectation visuelle qui le caractérisait jusqu’alors avec la peinture et la sculpture, affirmant du même coup ce qui fondamentalement le distingue dans le monde des objets : son inutilité. L’art venait ainsi d’élargir considérablement son territoire.

L’article complet : www.ledevoir.com