mavrikakis

La toile Molinari

mavrikakis

La toile Molinari

Nicolas Mavrikakis

Le 21 février dernier, cela a fait dix ans que mourait le peintre Guido Molinari. En octobre dernier, la Fondation Molinari (sise dans l’ancienne résidence-atelier de l’artiste au 3290 Sainte-Catherine Est) a officiellement ouvert ses portes et ce, même si, en fait, elle avait été très active dans les dernières années : participation à la Biennale de Montréal en 2011, présentation d’œuvres de Molinari au Musée des beaux-arts de Sherbrooke, à la Maison de la culture de Maisonneuve, au Musée de Lachine, au Centre national d’exposition de Jonquière…

Il faut dire que le célèbre artiste avait tout prévu. Gilles Daigneault, directeur de la Fondation raconte que lorsque Guido Molinari a appris qu’il avait un cancer, il a réuni un groupe de gens afin de former une fondation qui pourrait se consacrer à mettre de l’ordre dans ses papiers et œuvres « puisqu’il savait qu’il n’aurait pas le temps de le faire avant sa mort ». Depuis, ajoute Daigneault, « systématiquement, nous regardons ce qu’il a laissé comme lettres, comme papiers, comme dessins, comme poèmes aussi, puisque nous découvrons que Guido a laissé bien des textes poétiques… Il nous a laissé un nombre fou de manuscrits, dont bien des textes théoriques. Il faut continuer d’y mettre un peu d’ordre. Nous allons engager un historien de l’art pour faire cela. Il y a aussi un projet de monographie ». Gilles Daigneault en profite pour me montrer un des bijoux (parmi tant d’autres) des archives Molinari, une lettre écrite par Paul-Émile Borduas afin de remercier Guido de l’avoir invité à montrer ses tableaux à la Galerie L’Actuelle et de lui avoir vendu des œuvres.

L’article complet : www.nicolasmavrikakis.com



There is 1 comment

Add yours

Comments are closed.