image

L’artiste Marcel Dzama et la conservatrice Marie-Josée Jean reçoivent les Prix Hnatyshyn

dzama-marcel

L’artiste Marcel Dzama et la conservatrice Marie-Josée Jean reçoivent les Prix Hnatyshyn

OTTAWA,le 26 juillet 2013
Gerda Hnatyshyn, C.C., présidente de la Fondation Hnatyshyn dont elle préside également le conseil d’administration, a annoncé aujourd’hui le nom des lauréats des Prix en arts visuels de la Fondation Hnatyshyn pour l’année 2013. Leprix de 25 000 dollars, en reconnaissance de l’œuvre remarquable d’un artiste canadien, est décerné à Marcel Dzama de Winnipeg, alors que le lauréat de la récompense de 15 000 dollars, soulignant l’excellence d’un commissariat en art contemporain, est Marie-Josée Jean, la directrice générale et artistique de VOX, centre de l’image contemporaine. La somme de 305 000 dollars a été attribuée depuis 2006. L’œuvre de Marcel Dzama se caractérise par un langage visuel immédiatement reconnaissable qui découle d’un éventail diversifié de références et d’influences artistiques de Marcel Duchamp, Oskar Schlemmer, les Ballets russes et Dada, entre autres. Tout en étant séduite par la pensée que nous reconnaissons tout ce qui est apparent, l’œuvre résiste aux interprétations simples par ses scénarios allégoriques et oniriques. En recommandant Marcel Dzama pour le Prix en arts visuels de la Fondation Hnatyshyn, le jury a souligné le large éventail et la profondeur des récits qui ont vu le jour depuis qu’il a été découvert pour les dessins qui le distinguent désormais. Particulièrement évidentes dans des pièces combinant divers médias, incluant ses récents tableaux de céramique à grande échelle et ses films ambitieux, les œuvres de Dzama révèlent une lecture plus dure et davantage politisée combinant des histoires personnelles alignées avec les stratégies du début du modernisme. Une telle sophistication captivante déjouée par l’imprévisible apporte un air nuancé à plusieurs niveaux à ses sujets tout en suscitant une résonance avec notre monde contemporain.

Né à Winnipeg en 1974, Marcel Dzama réside et travaille maintenant à Brooklyn, New York. Dzama a abondamment exposé, présentant notamment Aux mille tours, un tour d’horizon majeur de ses œuvres, au Musée d’art contemporain de Montréal en 2010. Ses autres expositions individuelles récentes incluent Con razón o sin ella/With or Without Reason, au Centro de Arte Contemporáneo de Málaga en Espagne, A Touch of Evil/Un toque de maldad,au Museo de Arte de Zapopan (MAZ) au Mexique (2012),The End Game au World Chess Hall of Fame and Museum de St. Louis au Missouri (2012),A Game of Chess au Gemeentemuseum de La Haye (2011),The Never Known into the Forgotten au Kunstverein Braunschweig en Allemagne (2011), Marcel Dzama–Édition 46 au Pinakothek der Moderne de Munich (2008),Tree with Roots à la Ikon Gallery de Birmingham en Grande-Bretagne (2006), et The Lotus Eaters à Le Magasin–Centre national d’art contemporain de Grenoble en France (2005). À l’automne 2013, Abrams publiera une monographie détaillée consacrée à l’œuvre de Dzama, produite et conçue en collaboration avec l’artiste. Pour l’année 2013, le récipiendaire du Prix de la Fondation Hnatyshyn soulignant l’excellence d’un commissariat en art contemporain est Marie-Josée Jean.

Née à Repentigny (Québec) en 1971, Marie-Josée Jean est directrice générale et artistique de VOX, centre de l’image contemporaine et commissaire d’exposition en plus d’enseigner à l’Université du Québec à Montréal et à l’Université Laval de Québec. En 2012, elle a parachevé un important projet d’immobilisation qui a permis à Artexte, le Regroupement des centres d’artistes autogérés du Québec (RCAAQ) et à VOX d’occuper de manière permanente deux étages du 2-22, un nouvel édifice culturel situé au centre-ville de Montréal. Elle se consacre depuis plus de 15 ans à la recherche portant sur la théorie et les pratiques de l’art actuel en organisant des expositions et publiant des essais. En collaboration avec des institutions canadiennes et européennes, elle travaille actuellement à un vaste projet de recherche sur l’histoire et la pratique d’expositions conçues par des artistes. Elle a également assumé la fonction de directrice artistique des 6e et 7e éditions du Mois de la Photo à Montréal intitulées Le Souci du document (1999) et Le Pouvoir de l’image(2001). À titre de commissaire indépendante, elle a réalisé plusieurs expositions notamment au Musée national des beaux-arts du Québec, au Casino Luxembourg–Forum d’art contemporain, au Centre d’art Santa Monica de Barcelone, au Nederlands Fotomuseum de Rotterdam, au Neuer Berliner Kunstverein de Berlin ainsi qu’à la Villa Arson, Centre national d’art contemporain de Nice. Elle réside et travaille à Montréal et à Vienne (Autriche). Dans sa recommandation de Marie-Josée Jean pour le Prix en arts visuels de la Fondation Hnatyshyn, le jury anoté :«Il y a plus de 15 ans que Marie-Josée Jean étudie l’art conceptuel avec un œil analytique frais, examinant aussi bien l’histoire récente du mouvement que les œuvres emblématiques d’un domaine n’ayant toujours pas fait l’objet d’une seule étude approfondie. Ses expositions, ses publications et ses conférences attestent de sa diligence et de sa précisionainsi que de son haut niveau de rigueur intellectuelle. L’expertise qu’elle a développée par rapportaux théories et aux pratiques de l’art conceptuel s’étend également au domaine de la muséologie : des éléments comme la disposition et la mise en contexte des œuvres nourrissent son domaine d e spécialisation et sont essentiels aux concepts abordés dans ses écrits et dans les expositions dont elle assume la conservation. Pour tout cela, son travail s’est avéré capital pour contribuer à faire avancer cette discipline particulière». Les lauréats ont été sélectionnés par un jury de spécialistes en arts visuels en provenance des quatre coins du pays.

Source : http://www.rjhf.com