image

Le jury du prix Sobey choisit ses trois finalistes

image

Le jury du prix Sobey choisit ses trois finalistes

LE DEVOIR | Philippe Orfali

This article is available in french only

Le Québécois Jon Rafman est un des finalistes du prix Sobey.

La Fondation Sobey pour les arts a révélé mercredi le nom des finalistes du prix Sobey pour les arts 2015, l’une des plus importantes distinctions du genre dans le domaine de l’art contemporain au pays, destinés aux artistes visuels de la relève.

Le Québécois Jon Rafman, l’Ontarien Abbas Akavan, Raymond Boisjoly de la côte ouest et Sarah Anne Johnson, des Prairies, ont été sélectionnés par le jury, chargé de choisir le lauréat du prix, remis chaque année à un artiste visuel canadien de 40 ans ou moins. Dès le mois de septembre, une sélection des oeuvres des artistes en nomination doit être exposée au Musée des beaux-arts de la Nouvelle-Écosse, pour l’occasion. Le lauréat de la bourse doit être annoncé lors d’une cérémonie qui aura lieu le 28 octobre, au même endroit.

Remis annuellement, le prix Sobey pour les arts est doté d’une bourse de 50 000 $. Les finalistes recevront pour leur part une bourse de 10 000 $, tandis que les artistes figurant sur la liste préliminaire ont reçu un cachet de 500 $.

Établi en 2002, le prix Sobey est remis chaque année à un artiste visuel de la relève qui a présenté ses oeuvres dans une galerie d’art publique ou commerciale au cours des 18 mois précédents. Au fil des années, de nombreux Québécois ont remporté cette récompense.

L’an dernier, le jury avait choisi Nadia Myre comme lauréate. L’artiste native de Montréal, d’origine algonquine, est la cinquième finaliste du Québec à repartir avec la bourse de 50 000 $. Aucune autre région n’a été hissée plus de deux fois en haut du palmarès depuis la création de ce prix.

Lire l’article complet : ledevoir.com

Photo: Danny Moloshok Associated Press