Papier13

Le pari gagné de Papier

Papier13

Le pari gagné de Papier

Papier, la grande foire de l’Association des galeries d’art contemporain, gagne en visibilité et en taille. Toujours au coeur du Quartier des spectacles, son chapiteau déménage sur le terrain jadis occupé par le Spectrum. Avec 42 galeries d’ici, de l’Ontario et de l’Ouest canadien, Papier13 se veut toujours un événement fédérateur, ouvert tant aux VIP qu’au grand public.

Le collectionneur et conseiller en acquisition Matthieu Gauvin raffole des oeuvres sur papier. Sa collection, entamée il y a une dizaine d’années, est composée en grande partie de dessins et de photographies, de quelques estampes aussi. C’est lui qui a monté la première foire Papier en 2007, qui marquait le retour à la vie (active) de l’Association des galeries d’art contemporain (AGAC).

Jeudi, Papier13, sixième foire du genre organisée par l’AGAC, ouvrira ses portes. Pour un collectionneur passionné, voire compulsif, comme Matthieu Gauvin, cette « occasion de faire du magasinage en un seul lieu » marque l’un des moments forts de l’année en art contemporain. « C’est une grosse fête, un événement fédérateur, collégial même. Il y a un esprit de collégialité entre les marchands vraiment intéressant », résume-t-il.

Matthieu Gauvin n’est plus dans l’organisation de la foire depuis longtemps. Il en demeure un fervent allié, lui qui clame avoir toujours aimé le papier, son côté fragile – « il faut en prendre soin, l’encadrer, ne pas l’exposer n’importe où dans un appartement ». Dès le début, il a cru dans le potentiel d’un tel événement, même s’il a fallu inventer tout avec rien, sinon une AGAC surendettée.

www.ledevoir.com