PN_Porte-parole

Le Printemps numérique dévoile ses porte-parole pour l’édition 2015

PN_Porte-parole

Le Printemps numérique dévoile ses porte-parole pour l’édition 2015

Le Printemps numérique (PN) est heureux et fier d’annoncer que madame Marie Brassard et monsieur Martin Messier sont les porte-parole de son édition 2015.

Marie Brassard est auteure, metteure en scène et comédienne. Pendant plus de quinze ans, sa carrière a été étroitement liée à celle de Robert Lepage. En 2001, elle fondait sa propre compagnie de production, Infrarouge, dont elle assume la direction artistique. Depuis, en étroite collaboration avec des musiciens et artistes visuels, elle crée des spectacles aux atmosphères surréalistes où la vidéo, la lumière et le son occupent une place royale. Entrelaçant les voix et les musiques, traversant les niveaux de réalité, ses productions nous mènent dans un monde où la frontière entre privé et public s’estompe et la relation entre les êtres humains et la technologie devient intime. Son travail particulier, qui allie art et technologie, a fait d’elle une voix singulière dans le paysage théâtral contemporain. Ses pièces ont été présentées et accueillies chaleureusement dans une vingtaine de pays en Amérique, en Europe et également en Australie.

« Les nouvelles formes de la création numérique modifient et enrichissent notre rapport au monde. Ces manières neuves d’écrire et de créer nous invitent à poser un regard différent sur les choses et les êtres. Alors que la chaleur revient, le projet rassembleur du Printemps numérique me semble l’événement idéal pour permettre au public d’enrichir ses connaissances et de satisfaire sa curiosité, tout en favorisant le rayonnement d’artistes singuliers sur notre territoire et hors de nos frontières », souligne Marie Brassard.

Martin Messier est reconnu dans le milieu des arts numériques pour ses mises en scène d’œuvres sonores. Il donne la parole à des objets du quotidien, des machines inventées et des corps en mouvement. Dans ses performances incluant La chambre des machines et Sewing Machine Orchestra, il pousse toujours plus loin l’imaginaire du quotidien en réinventant leur usage. Au fondement de ses œuvres chorégraphiques telles que Hit and Fall, Derrière le rideau et Soak, il y a le désir de renverser le rapport hiérarchique existant entre musique et danse afin que le son devienne le moteur des gestes. Présentées dans une vingtaine de pays, ses pièces ont remporté plusieurs distinctions, incluant une mention aux Prix Ars Electronica 2010, une nomination aux Prix Opus 2012 et un Prix 2013 du court métrage expérimental au Lausanne Underground Film Festival. En 2014, il a reçu le prix mi-carrière du Conseil des arts du Canada, Prix Victor-Martyn-Lynch-Staunton.

« En fédérant l’ensemble des acteurs du milieu sous une bannière collective, tout en préservant l’identité propre à chacun, le PN permet de faire une promotion d’envergure de la créativité numérique montréalaise qui met en valeur son immense diversité. Je suis très heureux d’être le coporte-parole de ce mouvement rassembleur », déclare Martin Messier.

Le lancement de l’édition 2015 du PN aura lieu le 19 mars à 17 h 30 au Musée d’art contemporain. « L’essor du Printemps numérique est fulgurant, tant sur le plan de la participation des organisations montréalaises que de l’ampleur des activités offertes. C’est étonnant de voir la diversité et l’originalité des activités conçues par les créateurs et les organisations du secteur du numérique pour le printemps 2015. Il y en a vraiment pour tous les goûts. Nous avons très hâte de dévoiler la programmation », souligne madame Manon Barbe, présidente de la Conférence régionale des élus de Montréal.

Capitale des arts numériques, Montréal propose ainsi aux résidants et aux visiteurs une saison de découvertes passionnantes se déclinant en une multitude de formes : Espaces interactifs, performances visuelles et sonores, expériences immersives, productions 3D, musique électronique de pointe, installations, visites de studios, vernissages, conférences, événements de calibre international.

Le Printemps numérique bénéficie du soutien de Tourisme Montréal, du Conseil des arts de Montréal et de La Vitrine. Il est réalisé en association avec le journal Métro.

À propos du Printemps numérique

Le Printemps numérique permet d’initier un large public aux œuvres des créateurs numériques et d’attirer une clientèle internationale grâce à l’ampleur et la diversité de sa programmation. Cette grande initiative renforce le positionnement de Montréal comme capitale créative, favorise les pratiques émergentes et inédites, et encourage les collaborations en mettant en lien les milieux qui l’animent, soit ceux de la création, de la production, de la diffusion, de la recherche, de l’industrie, du tourisme et des institutions, telles que les musées et les universités.

Source : www.printempsnumerique.info