image-2

Les actions furtives s’invitent au festival Viva!

image-2

Les actions furtives s’invitent au festival Viva!

Jérôme Delgado

Pour sa quatrième édition, le festival Viva ! Art action déroulera, ce mardi et jusqu’à dimanche, son habituel tapis rouge aux formes les plus éclatées et déroutantes. Le chapeau « art action » regroupe ceux qui s’expriment par l’entremise de performances, manoeuvres, interventions publiques ou participatives, éphémères et même invisibles. La programmation 2013 fait une belle place à cette dernière catégorie, dite « art furtif ».

L’événement de nature internationale – artistes en provenance d’Europe, d’Amérique latine et d’Israël – est piloté par huit centres d’artistes de Montréal et de sa région. Il prend place, de nouveau, au Bain Saint-Michel, dans le Mile-End. C’est là que chaque soir, dès 20 h, se succéderont les différentes propositions au coeur desquelles on retrouve le corps de l’artiste.

Il n’y aura pas cependant que la figure de l’artiste dans ce quatrième Viva ! Et ça se déroulera aussi ailleurs qu’au Bain Saint-Michel. Des actions furtives et immatérielles surgiront de manière impromptue ici et là. Parmi elles, celles conçues par l’artiste français Jean-Baptiste Farkas, un des animateurs d’un fort courant actuel, axé sur la disparition de l’oeuvre d’art, y compris sa documentation. Farkas ne « performera » pas, mais proposera des « services » visant la destruction d’objets. Dans l’un d’eux, 60 $ sont confiés à des individus, avec lesquels ils achèteront un produit qu’ils détruiront aussitôt la transaction terminée.


L’article complet : www.ledevoir.com



There is 1 comment

Add yours

Comments are closed.