seguin

Marc Séguin l’incorruptible

seguin

Marc Séguin l’incorruptible

Normand Babin
Montréalistement

Toute exposition de Marc Séguin relève en soi de l’événement. Il fallait voir au vernissage à la galerie Simon Blais les acheteurs et collectionneurs saliver devant les toiles, trembler à l’idée d’avoir à choisir, ne pas pouvoir tout acheter ! Un peu plus on en venait au pugilat. Le génie de ce peintre a commencé à être reconnu à la fin des années 90, notamment grâce à ses expositions à la galerie Trois Points. Ces immenses toiles, très foncées, noires, avec des visages de vieillards hyperréalistes qui en ressortaient ont marqué mon imaginaire de façon indélébile. Vinrent ensuite ses grands succès, principalement à New York, et plus tard le côté chasseur du personnage nous a été dévoilé dans ses romans. Il reste aujourd’hui fidèle à ses idéaux de présenter le monde tel qu’il le voit, et pour y arriver il est maintenant maître de ses moyens techniques et y parvient magistralement.

Ses dernières productions présentées à la galerie Simon Blais en ce moment relève d’une technique qu’il utilise depuis plusieurs années maintenant qui consiste à appliquer les peintures de différentes manières selon le champ de vision dans lequel il veut placer l’objet peint. Certaines parties, ce qui couvre la plus grande superficie sont peintes très légèrement, peut-être à l’air brush, donnant un aspect très fluide en transparence. Les couleurs de terre et les verts priment ici. Par-dessus, il peint ensuite certains sujets avec un certain empâtement. Seul le contour du sujet est peint, cette fois-ci dans différentes teintes de blancs, de gris pâles et froids. C’est là où il faut aller chercher le message de la toile. Enfin, dans quelques rares toiles, un empâtement plus lourd de couleurs vives ajoute une dimension à la toile qui devient alors presque bas-relief. Enfin, j’exagère, disons d’épais empâtements…

L’article complet : www.montrealistement.blogspot.ca



There is 1 comment

Add yours

Comments are closed.