data

Michael Mersereau et Kate Bouchard au Salon II: Data

data

Michael Mersereau et Kate Bouchard au Salon II: Data

Fear Eats the Soul

Fear Eats the Soul est une interprétation électronique du film de Rainer Fassbinder, Ali: Fear Eats the Soul. Prenant une nouvelle forme fondamentale de son et de lumière, le film se trouve devenir une autre oeuvre, et une expérience nouvelle pour le spectateur, une nouvelle façon de voir l’original. C’est un jeu sur la perception qui nous donne la possibilité de changer littéralement de point de vue.

Utilisant les deux formes de transmission les plus fondamentales, la lumière et le son, un programme informatique joue les sous-titres du film, les convertissant en code morse entre deux ‘lumières d’obstacles’. Ces lumières servent habituellement à prévenir les avions qu’un obstacle se trouve sur leur chemin en cas de trop grande obscurité. Il n’y a donc plus d’images, mais les deux éléments essentiels d’un film sont toujours là : son et lumière. Et avec le code morse, l’oeuvre prend une nouvelle dimension d’universalité.

La pièce de Michael Mersereau se joue sur 10 heures environ en raison de la durée qu’il faut pour réellement communiquer les dialogues en code morse. Cela lui confère une beauté absurde, puisque le morse n’est habituellement pas utilisé pour transmettre de longs romans ou films. Le travail de l’artiste s’inscrit généralement dans cette démarche de contre-productivité poétique qui flirte avec le non-sens. Le résultat est une incantation numérique d’émissions radiophoniques et de conversations intimes marquées de vulnérabilité dans lesquelles peurs et frustrations sont mises à nu. Les éléments filmiques sont comme vidés de sens, l’ossature fondamentale est retrouvée, pour retourner à quelque chose de presque primitif et d’essentiel.

Un petit mot sur l’artiste:

Michael Mersereau (né en 1977) est un artiste médiatique multidisciplinaire et musicien expérimental. Il est de la baie de San Francisco en Californie du Nord, et détient une maîtrise de Mills College (Oakland, Californie) et un baccalauréat en Peinture / Dessin du California College of the Arts (San Francisco, CA). Mersereau partage son temps entre Oakland (en Californie) et à Montréal (au Québec). Parmi ses performances et expositions récentes, on compte «Haunting», une composition sonore pour le Choreographed Found Object de Molissa Fenley, une participation au Festival du Film Underground de Toronto, une exposition de groupe au avec le Toronto Transit System, The Last Show on Earth MFA pour le spectacle de thèse au Mills College, Monobandes II Exposition de groupe aux Territoires Gallery à Montréal, la 6ème Biennale WTA Textile qui s’est tenue au Musée Diego Rivera Anahuacalli à Mexico.

L’article complet : www.lesmeconnus.net



There is 1 comment

Add yours

Comments are closed.