la presse 2014

Nicolas Baier : montrer la réalité particulaire

la presse 2014

Nicolas Baier : montrer la réalité particulaire

Éric Clément
La Presse

L’intérêt de Nicolas Baier pour l’astrophysique a mené l’artiste à une recherche picturale, inédite pour lui, qui combine art et physique des particules. À voir à la galerie Division cet été…

Sculpteur, collagiste et photographe, Nicolas Baier est un électron libre en art visuel, un plasticien touche-à-tout. Il n’avait jamais peint depuis l’université, jusqu’à ce que son engouement pour la physique fondamentale lui donne l’idée de reconstituer – sans les interpréter – des images de collisions de particules en provenance notamment du CERN, ce laboratoire de recherche européen qui utilise les machines les plus sophistiquées que l’humain ait construites.

Derrière sa passion pour les particules élémentaires et l’origine de la vie, on trouve une réflexion existentielle sur la soif de connaissance de l’être humain, ses croyances et ses doutes. Son idée de base de représenter ce que la recherche a découvert n’est pas révolutionnaire et la création qui en résulte, purement mécanique. Les reconstitutions exposées à la galerie Division ressemblent aux images scientifiques qu’on peut voir sur internet. Mais le travail est bien fait, comme toujours…

Les oeuvres ont nécessité quatre mois de travail et l’aide de cinq assistants spécialisés dans la mise en scène picturale ou le faux fini. Les trois plus grands tableaux sont des tondi de 94 pouces de diamètre qui évoquent des expériences électromagnétiques.

Pour chaque tondo, Baier et ses assistants ont procédé à des découpages et collages de fines bandes de papier collant, dans le plus pur style hard edge, et des phases de peinture appliquée couche par couche à la spatule. La minutie est telle que, de loin, on a l’impression qu’il s’agit d’une photographie.

Toujours ce va-et-vient entre réalité et effet chez Nicolas Baier, artiste du contre-pied. Et puis, comment ne pas voir dans ces tondi un hommage à ceux de Claude Tousignant et une réflexion sur l’évolution picturale québécoise?

L’article complet : www.lapresse.ca

Crédit : André Pichette, La Presse