7

Pascal Caputo

Pascal Caputo // Université du Québec à Montréal (UQAM)
Program : Maîtrise en arts visuels et médiatiques – completed in 2014

Only available in French
Né à Montréal, Pascal Caputo a terminé une maîtrise en arts visuels et médiatiques en 2013 et un baccalauréat en 2005 à l’UQAM. En plus, il a réalisé une formation en peinture à l’École supérieure des arts décoratifs de Strasbourg en France (ESAD) en 2005. En 2014, il présente une exposition solo intitulée After #us au centre de diffusion L’Écart. En 2013 et 2012, il présente deux expositions solos intitulées Au travers du repli à la galerie Dominique Bouffard et Figures de l’absence à la Maison de la culture Notre-Dame-de-Grâce. En 2014 et 2011, il fait partie des expositions intitulées Peinture fraîche et nouvelle construction à la galerie Art Mûr. En parallèle à sa pratique artistique, Pascal Caputo s’est impliqué dans le milieu artistique à titre de membre actif, administrateur et chargé de projet pour la Galerie Verticale entre 2004-09.

Only available in French
Mes peintures évoluent autour des enjeux actuels de l’image tels que la banalité, la multiplicité, la représentation et l’obsolescence. Actuellement, je m’approprie des images sur les réseaux sociaux et opère des découpes numériques, afin de substituer les figures humaines par des espaces non-peints. Mes œuvres procèdent d’une traduction de la photographie et de ses manipulations numériques en représentation picturale. La découpe, initialement numérique et traduite en peinture, crée un vide qui coexiste de manière hétérogène à l’ensemble du tableau. Les contours peins contrastent avec la zone vierge de la toile et rappelle que la notion du vide ne vient pas sans celle du plein. Le réflexe contemplatif demeure difficilement soutenable, car la tension énigmatique entre l’indice et la découpe tient en haleine le spectateur. La singularité de mes peintures réside dans cet aller-retour entre le peint et le non-peint, cette tension permanente issue d’un rapport extrême entre le vide et le plein.

En représentant une absence de figures humaines, je ne cherche pas à réinvestir le genre pictural du portrait, mais à créer des possibles de la figure humaine. Je considère ces mises en échec identitaires, dans mes peintures, comme des opportunités identitaires. Ces zones se transforment en espaces ou réserves et engagent l’imaginaire du spectateur dans un processus de projection et d’identification. Ainsi, le vide s’impose comme stratégie dans mes peintures telles des espaces oxygénés, il répond à un besoin primaire. Celui de faire le vide de représentation, afin de pouvoir refaire le plein.

www.pascalcaputo.com