__logo_RDG(co)

Performance de Raphaëlle de Groot lors de la Biennale de Venise

__logo_RDG(co)

Montréal, le 21 mai 2013 – L’artiste québécoise Raphaëlle de Groot réalisera une performance inédite lors des journées d’ouverture de la Biennale de Venise, le 30 mai 2013, à 14 h (heure d’Italie). Mis en œuvre par la Galerie de l’UQAM, le projet est appuyé par le Conseil des arts et des lettres du Québec (CALQ) et réalisé en collaboration avec la Délégation du Québec à Rome.

En exercices à Venise

« C’est la première fois que je me livrerai à une performance aussi longue et que je le ferai à l’extérieur, dans un contexte où il y a beaucoup d’inconnus. La performance sera réalisée en trois phases, dont chacune fera bien une heure. Je ne sais pas comment les gens vont réagir et s’ils chercheront à interagir avec moi, et je ne sais pas non plus à quel point je serai désorientée dans mes déplacements », indique Raphaëlle de Groot.

Pendant la première phase de la performance, le public assistera à la transformation complexe qu’effectue l’artiste en s’aveuglant et en s’affublant de divers matériaux, tissus et prothèses. En créant une effigie aussi déconcertante, Raphaëlle de Groot explore une autre manière de réinventer le rôle et la figure de l’artiste. Elle entreprendra ensuite une déambulation d’environ une heure dans la ville, empêtrée et encombrée, incertaine mais engagée, marchant avec difficulté en direction du Grand Canal. Une gondole la prendra alors à son bord pour réaliser la phase ultime du projet. En mouvement sur les canaux de Venise, sa silhouette, avant de disparaître au regard, rappellera la splendeur baroque des processions vénitiennes au cours des âges.

Voir le trajet

Louise Déry, qui a lancé le projet, a observé à plusieurs reprises les « exercices » de Raphaëlle de Groot depuis 10 ans. « En s’exposant comme elle le fait, explique-t-elle, elle dévoile l’endroit et l’envers d’une réflexion qui, à travers des gestes, des contraintes, des tâtonnements aussi exigeants que dérisoires, revisite la figure emblématique de l’artiste. À Venise, une autre résonnance se fera, entre le passé et le présent, entre le faste et la perte, entre l’apparition et la disparition. »

Le président-directeur général du CALQ, M. Stéphan La Roche, a tenu à préciser que le Conseil des arts et des lettres du Québec est très fier d’être partenaire de ce projet et de permettre à une artiste aussi fascinante que Raphaëlle de Groot de rayonner à l’extérieur du Québec en parallèle à une manifestation d’envergure. Ce type de projet s’inscrit dans la volonté du CALQ d’assurer la présence marquée des créateurs québécois lors d’événements internationaux prestigieux.

La Galerie de l’UQAM s’assurera de documenter la performance de Raphaëlle de Groot au moyen notamment d’une vidéo documentaire qui sera présentée au public pendant l’automne 2013.

Pour lire la suite de l’article : www.salledepresse.uqam.ca