la presse

Peter Doig, héritier du modernisme

la presse

Peter Doig, héritier du modernisme

Eric Clément
La Presse

Événement exclusif en Amérique du Nord, l’exposition Peter Doig. Nulle terre étrangère, présentée du 25 janvier au 4 mai au Musée des beaux-arts de Montréal (MBAM), permettra de découvrir un peintre contemporain hors du commun. Écossais d’origine ayant passé une partie de sa jeunesse à Montréal, Peter Doig réside depuis 2002 à Trinité, où sa peinture à la fois classique et moderne est devenue plus éclatante et sensuelle que jamais…

«Il totalise à lui seul un siècle de peinture.» Bel hommage rendu hier à Peter Doig par Stéphane Aquin, le conservateur de l’art contemporain au Musée des beaux-arts et commissaire de l’exposition.

Avec ses tableaux richement colorés, on associe la touche flamboyante de Peter Doig aux plus grands artistes des XIXe et XXe siècles, notamment ceux du modernisme tels que Matisse, Bonnard, Gauguin ou Munch. C’est donc fort logiquement que les oeuvres immenses de Peter Doig ont été accrochées aux cimaises des salles classiques du pavillon Michal et Renata Hornstein.

L’exposition coproduite par le MBAM et les National Galleries of Scotland d’Édimbourg, où elle a été présentée l’été dernier, offrira aux visiteurs une centaine d’oeuvres que Peter Doig a réalisées sur l’île des Caraïbes: scènes du quotidien, rappels historiques, portraits, paysages tropicaux ou évocations oniriques. Le parcours permet d’admirer le talent de ce peintre de 54 ans (actuellement l’un des plus chers sur le marché de l’art) et de saisir son cheminement si singulier.

L’article complet : www.lapresse.ca



There is 1 comment

Add yours

Comments are closed.