image

Poussière dansante – Sylvia Safdie à la galerie Joyce Yahouda

image

Poussière dansante – Sylvia Safdie à la galerie Joyce Yahouda

Le travail de Sylvia Safdie fait un retour marquant cet automne. Peu vu en solo ces dernières années, il occupe en ce moment toutes les salles de la galerie Joyce Yahouda, qui a choisi d’y mettre en valeur des vidéos, un corpus encore méconnu de la production de l’artiste dont les premières expériences en la matière remontent à 2001.

C’est pour ses sculptures, ses dessins et ses installations que l’artiste est surtout connue, elle dont la feuille de route est ponctuée d’expositions présentées ici et un peu partout à l’étranger depuis la fin des années 1970. Avec ses plus récentes oeuvres vidéo, Sylvia Safdie se réinvente en quelque sorte tout en redonnant du souffle aux thèmes qui lui sont chers, comme celui du temps et de son empreinte sur les choses ou les personnes.

Elle le fait aujourd’hui avec la même sensibilité, parfois brute, qui caractérisait ses oeuvres antérieures, disons, plus matérielles ou physiques. Les pierres, la terre, le sable et le bronze, par exemple, qui composaient ses sculptures et ses installations instauraient une certaine présence au monde par le truchement de formes simples, mais évocatrices de choses élémentaires : la rencontre de l’humain avec la nature et avec un passé parfois immémorial.

L’article complet : www.ledevoir.com