le devoir 2014

Sous des airs bon enfant, Sayeh Sarfaraz aborde les violentes répressions au Moyen-Orient

le devoir 2014

Sous des airs bon enfant, Sayeh Sarfaraz aborde les violentes répressions au Moyen-Orient

Marie-Ève Charron
Le Devoir

D’exposition en exposition, Sayeh Sarfaraz redéploie les composantes d’un inventaire bien à elle et pourtant si commun : les figurines Lego. Elle en fait les personnages de ses installations, qui évoquent sous des airs bon enfant les violentes répressions exercées dans certains régimes du Moyen-Orient, et en particulier en Iran, son pays d’origine. Les jouets lui permettent d’aborder des sujets durs et d’indicibles réalités. Elle les détourne aussi intelligemment de l’usage sournois qui en est fait dans la promotion de la violence sous toutes ses formes.

Depuis 2008, Sarfaraz multiplie les expositions, notamment à Montréal où elle s’est installée après avoir étudié pendant six ans en France. Sa démarche s’est cristallisée autour des aspects qu’on lui connaît en 2009, lors de la réélection contestée du président iranien Mahmoud Ahmadinejad. L’événement, a-t-elle déjà raconté en entrevue, a été pour elle un véritable tournant ; sa pratique allait désormais s’engager dans un devoir de mémoire à l’endroit de ce drame collectif duquel elle n’exclut pas une dimension personnelle qui est celle de l’artiste en exil.

L’article complet : www.ledevoir.com