montrealistement 2014

“Tout le monde veut aller au ciel, oui mais personne ne veut mourir”

montrealistement 2014

Tout le monde veut aller au ciel, oui mais personne ne veut mourir

Normand Babin
Montréalistement

Mathieu Latulippe vous invite au paradis. Un paradis vraiment paradisiaque où la nature est domestiquée, la vie douce et saine. Mais, comme le dit le titre d’une de ses œuvres exposées, shit happens. Oui, des fois, les choses ne tournent pas comme nous le voudrions. La merveille de la nature se dévoile champignon nucléaire, la petite maison dans la vallée se révèle être, à la vue de l’arrière de la pièce, une espèce de bunker qui occupe probablement tout l’intérieur de la montagne à l’ombre de laquelle elle est construite. L’homme construisant sont paradis n’en fait pas moins de l’hommerie.

Comme il est avancé dans le texte qui accompagne l’exposition, la notion de paradis et/ou de paradis perdu relève, que nous l’admettions ou non, d’une vision chrétienne du monde. Le bien et le bon sont récompensés par un nirvana de bonheur. Il n’en demeure pas moins que cette vision, aussi chrétienne et millénaire qu’elle soit, n’est qu’un pur produit de l’esprit humain. On peut y croire, on peut croire qu’il y a une, deux ou milles conditions pour y accéder, on peut en espérer l’existence, on peut même baser tous nos actes sur l’éventuelle accession à ce paradis. Mais qu’en est-il au fond ? Nul ne peut y répondre. Latulippe s’amuse donc à déjouer nos appréhensions positives. Puisque que le paradis est une vision de l’esprit humain, il ne peut être qu’à l’image de l’homme. Et l’homme n’a que trop rarement quoique ce soit de pur, beau et sain à nous montrer.

Crédit : Mathieu Latulippe, Baby Blues, 2014
médium mixtes

L’article complet : www.montrealistement.blogspot.ca