image

Un pied dans l’architecture, l’autre dans les utopies – expositions à la Fonderie Darling

image

Un pied dans l’architecture, l’autre dans les utopies – expositions à la Fonderie Darling

Un pied dans l’architecture, un autre dans les utopies et les mirages, les expositions estivales de la Fonderie Darling proposent un voyage aux confins des grandeurs (esthétiques, politiques, sociales). Enrobées de musique ou d’ambiances sonores versées dans la discrétion, les installations de Yam Lau et de Virginie Laganière poussent dans un état de contemplation proche du recueillement solennel.

La petite salle du centre d’arts visuels de la rue Ottawa est imbibée de paradoxes. C’est là que prend place Le vaisseau, l’expo-installation de Virginie Laganière. Les images, deux séries de photographies, le mobilier et les structures ornementales ont une saveur passéiste, avec leur regard tourné vers l’architecture soviétique et la conquête de l’espace. Or la trame sonore qui plane dans la salle tire vers l’électronique postmoderniste.

Un brin photographe, un brin designer d’espaces, et en particulier de modules clos, Virginie Laganière s’intéresse à l’architecture autant pour ses lignes et son potentiel esthétique que pour ses fonctions et la symbolique qui s’y rattache. Le projet du Vaisseau qu’elle a tiré de séjours en ex-URSS lui permet d’exploiter les deux approches. De manière parallèle, les images et les modules peuvent se faire écho sans s’entremêler.

La suite de l’article : www.ledevoir.com