La peinture dans tous ses états

La peinture dans tous ses états

La peinture dans tous ses états

Par Claude Gauvreau

Tout le monde en parle dans le milieu de l’art. C’est probablement le projet artistique le plus attendu en ce moment au Canada. Le 30 avril, la Galerie de l’UQAM inaugure Le Projet Peinture.

Un instantané de la peinture actuelle au Canada, dont les commissaires sont Louise Déry, directrice de la Galerie, et Julie Bélisle, doctorante en histoire de l’art. Cette exposition unique, qui réunit 60 artistes du Canada anglais, du Québec et des Première Nations, se décline en deux volets, chacun présentant une trentaine d’œuvres. Le premier se déroule du 1er mai au 1er juin et le second, du 7 juin au 6 juillet. Le projet fera aussi l’objet d’une exposition virtuelle, en octobre prochain, afin de faire découvrir à un public élargi une scène artistique particulièrement prolifique.

Selon Louise Déry, Le Projet Peinture est une façon de renouer avec l’exposition panorama, une pratique muséale courante dans les années 60 et 70. «Depuis les années 80, la scène artistique a été marquée par une prolifération de grands événements – foires, biennales – qui rassemblaient différents types de productions esthétiques, sans cibler une discipline particulière comme la sculpture ou la peinture. Offrir au grand public un panorama de la peinture canadienne actuelle lui permettra de découvrir des choses sur notre identité picturale», souligne la directrice de la Galerie.

«Beaucoup de gens connaissent Borduas et Riopelle, ou le Groupe des Sept, mais peu sont capables de citer des noms de peintres actuels, observe Julie Bélisle. Pourtant, la peinture est présente partout, dans les musées, les galeries et les centres d’artistes. À l’UQAM, plusieurs finissants en arts s’y intéressent.»

Une démarche complexe

Compte tenu de son ampleur et de sa logistique complexe, Le Projet Peinture a nécessité deux années de recherches. Pour sélectionner les œuvres de 60 artistes provenant des quatre coins du pays, Julie Bélisle et Louise Déry, avec la collaboration de Marie-Ève Beaupré, ont fait du repérage sur des sites Web d’artistes, dans des ateliers, des galeries, des musées, et des foires. Elles ont étudié pas moins de 500 dossiers d’artistes et consulté un comité d’experts canadiens composé de conservateurs de musées, de directeurs de galeries et de critiques d’art. «Nous nous sommes concentrés sur des artistes qui ont fait de la peinture le centre de leur travail, dit la doctorante. Nous voulions aussi des peintres appartenant à différentes générations. Certains ont 23 ou 25 ans, d’autres approchent la soixantaine.»

www.uqam.ca